Déclaration du Président

Les défis auxquels nous avons été confrontés au cours de cette crise sanitaire mondiale de 2020 sont toujours d’actualités. Cependant, les récentes approbations de vaccins et l’accélération de la vaccination à travers le monde sont encourageantes et nous permettent d’envisager l’avenir avec plus de sérénité.

Business and Operating Environment

Perspectives mondiales

Le rapport du Fonds Monétaire International (FMI) indique une projection de croissance mondiale de respectivement 6 % en 2021, et 4,4 % en 2022. La révision à la hausse (par rapport aux 4,2% prévus précédemment) résulte des appuis budgétaires supplémentaires dans quelques grandes économies, de la reprise prévue grâce à la vaccination au second semestre 2021 et l’adaptation continue des activités économiques.

Les récentes approbations de vaccins ont fait naître l’espoir d’une régression de la pandémie. Néanmoins de nouvelles vagues et variantes suscitent l’inquiétude. Selon les conditions d’accès aux soins , la courbe de la reprise devrait varier considérablement d’un pays à l’autre.

Une étude publiée par Swiss Re indique que le marché mondial de l’assurance devrait se contracter de 1,4% en 2020 en raison de la crise de la Covid-19. Le rapport évoque une croissance globale du secteur de l’assurance de 3,4% en 2021 et de 3,6% en 2022.  Sur les deux prochaines années, le marché Chinois de l’assurance continuerait à lui seul à jouer son rôle de moteur de la croissance mondiale. 

Perspectives en Afrique subsaharienne

Bien que meilleure par rapport à celle prévue par le FMI, il est estimé que la croissance de -1,9% en Afrique Sub-saharienne pour l’année 2020 est la pire jamais enregistrée, entraînant une augmentation significative de la pauvreté.  

En 2021, l’économie de la sous-région devrait reprendre sa croissance avec un taux de 3,4%, (plus faible comparativement aux 6% du reste du monde), dans un contexte de manque persistant d’accès aux vaccins et d’espace politique limité pour soutenir la réponse à la crise et la reprise. Le rapport indique que la communauté internationale a un rôle vital à jouer en assurant un accès plus équitable et plus rapide aux vaccins et autres produits médicaux ; et en fournissant aux pays à faible revenu le financement extérieur nécessaire pour poursuivre les priorités politiques et éviter les répercussions à long terme.

La reprise au sein de la région devrait varier d’un pays à l’autre. Les pays ne dépendant pas entièrement des ressources naturelles, comme la Côte d’Ivoire et le Kenya, et les économies fortement dépendantes de l’exploitation minière, comme le Botswana et la Guinée, devraient connaître une croissance robuste en 2021, tirée par un rebond de la consommation privée et des investissements.

Les trois plus grandes économies, à savoir le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Angola, devraient afficher une croissance, quoique faible, en partie en raison de la hausse des prix des matières premières. 

L’amélioration progressive dans le secteur du tourisme avec l’intensification de la vaccination contribuera également à une croissance accrue en Afrique subsaharienne.

Le secteur de l'assurance

Le secteur de l’assurance est resté relativement solide malgré une sinistralité en détérioration et des revenus en baisse.

Un rapport de McKinsey and Compagny apprécie la trajectoire de croissance du marché africain de l’assurance et le grand potentiel du secteur, le classant au rang de deuxième marché de l’assurance à la croissance la plus rapide au monde, derrière l’Amérique latine. Avant la pandémie de COVID-19, il était prévu une croissance du marché africain de l’assurance de l’ordre de 7% par an entre 2020 et 2025. 

Selon cette projection, la croissance du marché africain de l’assurance devait être le double de celle de l’Amérique du Nord, le triple de celle de l’Europe, et légèrement plus élevée que les 6% de l’Asie. Bien que la pandémie ait bouleversé les dépenses discrétionnaires de consommation et les dépenses commercialisables, y compris l’assurance, le rapport estime que la pandémie retardera, sans le modifier, le modèle de croissance de l’assurance en Afrique, ainsi que le passage à la transformation numérique et l’exploitation accrue des plateformes mobiles et des opérations à distance afin d’accélérer la valeur pour les clients et les employés.

Résilience de CRe face à la Covid-19

Malgré les défis rencontrés en 2020, nous avons continué d’accompagner nos partenaires dans toutes nos régions d'implantation pendant cette période inhabituelle. Nous sommes fiers de constater que les systèmes et processus que nous avons mis en place nous ont permis de continuer à travailler de manière relativement fluide : à distance, connectés et engagés.
Chief Ajibola Ogunshola

Chairman

Avec l’augmentation des cas à travers l’Afrique, il était inévitable que certains employés dans nos différents bureaux soient atteints de la Covid-19.  Nos protocoles s’appuyant sur les directives de l’OMS ont été activés, soutenus par le fort accent mis sur le bien-être et la santé des employés et des parties prenantes, entraînant en conséquence zéro décès.

Les mesures en place vont bien au-delà des protocoles prescrits par le gouvernement notamment en ce qui concerne le port obligatoire du masque, la distanciation sociale, le lavage des mains et l’hygiène respiratoire.

De bons résultats

Le groupe a connu une bonne année 2020, atteignant ou dépassant à nouveau nos indicateurs financiers malgré des conditions mondiales difficiles à la suite de la pandémie de la Covid-19.

Ensemble, nos six bureaux dans les régions anglophones de l’Afrique de l’Ouest, de l’Est, du Sud, de la CIMA et du Nord sont parvenus à augmenter le chiffre d’affaires brut de 12 % globalement malgré une activité concurrentielle importante. Lagos représentait 42 % de nos volumes, tandis que, collectivement, Nairobi, Gaborone, Douala, Abidjan et Tunis représentent désormais 58 % des primes brutes (en 2019, cette répartition était de 46% pour Lagos et 54% pour les autres bureaux).  Ceci est le résultat de notre stratégie délibérée en faveur d’une plus grande diversification de notre portefeuille à travers l’Afrique.

Le bénéfice technique a augmenté de 93 % en glissement annuel. La sinistralité est passée à 52 % (Elle était à 50 % en 2019) tandis que le ratio combiné s’est amélioré en passant à 93 % contre 96 % en 2019.

Le bénéfice avant impôt est passé à 101 % en glissement annuel avec la plupart des régions enregistrant une croissance à deux chiffres – Lagos 34 %, la zone CIMA 14 %, Nairobi 40 % et Gaborone 32 %. En dépit d’une bonne performance du bureau de Tunis, les charges des sinistres enregistrées au cours du dernier trimestre ont affecté sa contribution au bénéfice, la portant à -2 %.

L’augmentation substantielle des bénéfices est également le résultat d’une croissance de 39 % en glissement annuel des revenus de placement.

Grâce aux efforts déployés dans l’ensemble du groupe pour faire baisser les coûts et obtenir des gains de productivité en glissement annuel, le rendement des capitaux propres s’est considérablement amélioré pour atteindre 19 % (contre 8 % en 2019) et nous avons clôturé avec un bilan solide.

Notre objectif est d’offrir de la valeur ajoutée à l’ensemble des parties prenantes (partenaires, clients, employés) au cours des trois prochaines années, en nous appuyant sur notre culture, notre technologie ainsi que nos procédés afin d’être en mesure de doubler notre part de marché, notre chiffre d’affaires et nos résultats tout en nous efforçant de réduire nos coûts et la complexité des processus.

Changements au niveau de la Direction Générale

Mes remerciements vont à l’endroit de Dr Femi Oyetunji, qui a pris sa retraite le 31 mars 2021. Le Dr Oyetunji a remarquablement occupé le poste de Directeur Général du groupe depuis 2011. Il laisse derrière lui un solide héritage.

Parmi ses principales réalisations, nous pouvons noter la mise en place d’une stratégie agressive pour positionner la Société d’une empreinte panafricaine avec une forte présence dans six régions géographiques clés ; sous sa direction, le chiffre d’affaires a quintuplé, la rentabilité a triplé et la productivité a plus que doublé. Il a également participé à la transformation de la culture, des processus et des normes de l’entreprise. Il a conjointement œuvré à la création d’un environnement propice au leadership et à un programme de gouvernance solide dans l’industrie de l’assurance et de la réassurance.

Le Conseil a approuvé la nomination de M. Lawrence Mutsunge Nazare en tant que Directeur Général du Groupe, à effet au 1er avril 2021.

Nazare, un assureur chevronné, est membre de la direction exécutive de la société en qualité de Directeur Exécutif du Groupe / Directeur des Opérations depuis plus de dix ans. Il représente la continuité dans notre avancée. Avec plus de trente ans de présence dans le secteur de l’assurance, il apporte à ce poste une compréhension et une expérience approfondie de notre entreprise, de l’industrie et des marchés sur lesquels nous opérons. C’est un leader agile et motivé avec un palmarès impressionnant en matière de résultats. Le conseil d’administration lui souhaite la bienvenue dans ses nouvelles fonctions et lui formule ses vœux de plein succès.

Nous envisageons l'avenir avec confiance

Les défis persisteront en 2021 et au-delà. Nous sommes encouragés de voir l’augmentation continue du nombre de personnes vaccinées contre le virus Covid-19 dans le monde, y compris nos employés. La reprise économique mondiale reste encore fragile. Cependant, nous avons démontré une capacité constante à améliorer notre marge opérationnelle et à accroître nos volumes sur tous nos bureaux.

Nous avons un portefeuille diversifié avec un personnel motivé et talentueux pour relever les défis futurs.  Nous maintenons notre ferme engagement à investir en Afrique.  

Nos clients ont été au cœur de notre succès, et nous sommes très reconnaissants de leur soutien indéfectible. Nous continuerons de répondre à leurs besoins en leur fournissant des solutions sur mesure.

Nous nous attendons à une amélioration progressive de l’environnement économique. Continental Re est en bonne posture. Malgré cette période exceptionnellement difficile, nous avons bon espoir que l’Afrique et le monde en ressortiront encore plus forts. En dépit du séisme économique engendré par la crise, nous avons eu les ressources nécessaires pour rebondir et nous adapter à cette nouvelle situation.

Chief Ajibola Ogunshola
Chairman

TRAVAILLONS ENSEMBLE

Des questions? Contactez-nous

Nous disposons d’une équipe diversifiée d’experts, déployés stratégiquement sur l’ensemble de nos centres de production régionaux.